LES BLOCAGES ÉMOTIONNELS D’APPRENTISSAGE

En 1995, en relation avec plusieurs collègues européens, Luc Nicon dresse un constat difficile à accepter pour un pédagogue : quelles que soient les formes d’enseignement utilisées, il est très difficile pour certains enfants et adultes de dépasser leurs blocages émotionnels d’apprentissage. Qu’il s’agisse d’un enfant “figé” devant une leçon de mathématique ou d’un adulte “déconnecté” dans l’utilisation pourtant basique d’un ordinateur, toutes les possibilités d’apprentissages sont, la plupart du temps, vouées à l’échec.

Luc Nicon s’intéresse alors concrètement à cette difficulté et commence à expérimenter diverses techniques de gestion émotionnelles susceptibles de résoudre ce problème. Malheureusement, les solutions testées ne donnent pas de résultats probants : la plupart demandent un investissement en temps trop important ou offrent des résultats trop aléatoires. Dans tous les cas, les enfants comme les adultes concernés se sentent encore un peu plus dévalorisés par ces techniques et sont peu enclins à les utiliser.

Préface du livre “Comprendre ses émotions


COMPRENDRE SES ÉMOTIONS

À travers ses nombreuses expérimentations, Luc Nicon en arrive à la conclusion que la peur est au cœur des blocages émotionnels d’apprentissage. En suivant cette logique, lors de ses consultations, à l’instant où les personnes sont en difficulté, il commence à leur demander “Qu’est-ce qui vous fait peur ?”
Sur le coup de l’émotion, les réponses sont souvent déroutantes mais salvatrices. Régulièrement, les personnes (notamment les adultes) parviennent à dépasser leurs blocages de manière assez spectaculaire.

Luc Nicon affine ce type d’intervention et propose une initiation à cette pratique à une association de dirigeants d’entreprise (Centre des Jeunes Dirigeants – Languedoc Roussillon) avec laquelle il collabore régulièrement. Cette formation titrée “Comprendre ses émotions” séduit et se démultiplie au niveau national à l’intérieur du mouvement mais aussi auprès de nombreuses entreprises.

Poussé par ses amis du CJD pour témoigner de son expérience lors des formations qu’il propose, Luc Nicon écrit le livre “Comprendre ses émotions”. Aujourd’hui, ce livre paru en 2003 témoigne de son cheminement pour en arriver aux portes de la régulation émotionnelle.

Le livre “Comprendre ses émotions


QU’EST-CE QUE ÇA FAIT DANS VOTRE CORPS ?

Même si cette approche intellectuelle est rapide et que les résultats sont souvent probants, Luc Nicon ne se satisfait pas du côté aléatoire de la technique qu’il a développée et continue à explorer de nouvelles possibilités.
Lors d’un test de compétence commandé par une entreprise de travaux publics, face à un salarié totalement inhibé par une tâche pourtant anodine, au lieu d’utiliser son désormais traditionnel “Qu’est-ce qui vous fait peur ?”, Luc Nicon demande abruptement à la personne “Qu’est-ce que ça fait dans votre corps ?”.

Aujourd’hui, Luc Nicon concède, amusé : “En fait, après toutes ces années passées à élaborer toutes sortes de pédagogies basées sur la relation entre la mémoire sensorielle et le développement cognitif, j’avais depuis longtemps tous les éléments en main pour orienter mes recherches concernant les blocages émotionnels vers les sensations corporelles. Mais cette évidence ne m’était jamais venue à l’esprit et, finalement, c’est face à ce responsable de grands chantiers internationaux particulièrement stressé, qu’intuitivement, j’ai fait le lien entre mémoire du corps et blocage émotionnel”.

Cette phrase “Qu’est-ce que ça fait dans votre corps ?” est effectivement décisive. En réponse à cette question, la personne, pourtant très perturbée, détaille très naturellement les sensations physiques qu’elle ressent : la respiration coupée, des tensions dans la nuque et les épaules, le crâne compressé… Luc Nicon, surpris par l’énumération des sensations, laisse faire sans rien dire. Puis les sensations ressenties par la personne se modifient et, après une trentaine de secondes, s’apaisent spontanément. La personne qui avait fermé les yeux le temps de l’énumération de son ressenti les ouvre et, manifestement soulagée, informe qu’elle se sent prête, à présent, à réaliser la tâche qui lui semblait insurmontable moins d’une minute auparavant. Et, effectivement, à la suite, plus rien n’entrave son action.

La régulation émotionnelle est née. Ou plutôt, comme préfère le dire Luc Nicon qui considère qu’il s’agit là d’une capacité innée qui existe en nous depuis la nuit des temps : “C’est à partir de ce jour-là que j’ai pu mettre en évidence notre capacité de régulation émotionnelle”.

À la suite de cet évènement, Luc Nicon attend avec impatience de se retrouver en présence d’une autre personne en blocage d’apprentissage. Lors de la deuxième expérimentation, la même question produit les mêmes effets. Et chaque fois, avec de nouvelles personnes en blocage, le “miracle” se reproduit.

Plus encore, les retours des personnes sont particulièrement édifiants. Non seulement elles attestent avoir dépassé leur difficulté mais, même plusieurs semaines après, aucune ne revivent les blocages émotionnels qui les handicapaient. La régulation émotionnelle semble définitive.
Aujourd’hui, ce constat est validé par plus d’un million d’accompagnements.

Guide pratique de la régulation émotionnelle


TIPI : LA RÉGULATION ÉMOTIONNELLE EN DIFFÉRÉ

Dès le début, enthousiasmé, Luc Nicon partage sa découverte avec son entourage et ses collègues chercheurs en pédagogie et il contacte même des personnalités scientifiques médiatiques influentes dans la mouvance du développement personnel, notamment David Servan-Schreiber (médecin – auteur du best-seller “Guérir“) et Boris Cyrulnik (neuropsychiatre) pour envisager une collaboration avec eux. Chaque fois, les réponses sont polies mais décourageantes.

En février 2003, Luc Nicon rencontre Elliot Turiel (Faculty chair, Graduate School of Education UC Berkeley) à Berkley en Californie pour intégrer l’université comme chercheur et professeur en science de l’éducation. À un tournant de sa carrière, il préfère poursuivre ses recherches sur les émotions et ne donne finalement pas suite à cette proposition.

À son retour de Californie, en mars 2003, Luc Nicon décide de mener seul la communication et le développement de sa découverte : “Je me sentais très isolé. Comment communiquer tout cela sans passer pour un illuminé ? Scientifiquement, je n’étais pas crédible. Et toutes les personnes qui avaient bénéficié de ces guérisons hors normes m’avouaient devoir faire face à la même incrédulité de leur entourage. Je n’avais pas le choix : si je voulais définitivement m’assurer de la validité de ma découverte et lui donner une chance d’être partagée par un grand nombre, je devais l’inscrire dans une démarche simple, mesurable et transparente. Je décidais alors de reprendre tout à zéro. Gratuitement, avec, en contrepartie, la possibilité d’enregistrer chaque accompagnement et d’obtenir par la suite des rapports détaillés, je me suis fixé d’étudier 50 cas pour de nombreuses pathologies.”

Dans cette perspective, Luc Nicon met en place un protocole particulier pour permettre aux personnes de réguler émotionnellement leur difficulté “en différé”. En effet, il s’avère trop compliqué de prévoir à quel moment les personnes vont être en perturbation émotionnelle pour les accompagner et réaliser un enregistrement sonore. Luc Nicon teste plusieurs possibilités et opte pour une solution qui permet à la personne de revivre virtuellement un épisode de son passé au cours duquel elle a subi sa difficulté.
Cette solution est plus complexe et, surtout dans ses débuts, prend beaucoup plus de temps qu’une régulation à l’instant où la personne ressent spontanément une émotion, mais le résultat est tout de même au rendez-vous et Luc Nicon peut commencer son étude.

Pour officialiser administrativement son projet, le 7 avril 2003, Luc Nicon fonde à Montpellier (France) une association à but non lucratif dénommée “Tipi”.

Dans la foulée, Luc Nicon crée un site internet (www.tipi.fr) et organise des réunions d’information dans le sud de la France pour présenter son étude dans le but d’attirer des personnes volontaires pour expérimenter la régulation émotionnelle.

Professionnellement, Jean-Paul Barré pour Les Grands Moulins de Paris, Claude Septfonds pour Royal Canin, Pierre Domejean pour Argel, Daniel Fargier pour Kawneer, sont les principaux responsables d’entreprises qui font confiance à Luc Nicon en lui permettant d’utiliser la régulation émotionnelle auprès des salariés lors de ses interventions.

En 2005, à l’occasion d’une régulation émotionnelle en différé particulièrement spectaculaire, Didier Godeau, kinésithérapeute et ami de longue date, jusqu’alors très sceptique, est finalement convaincu par la simplicité et l’efficacité de la régulation émotionnelle. Lors de la toute première formation professionnelle proposée par Luc Nicon à Montpellier en février 2006, avec 4 autres participants, il se forme à l’accompagnement des personnes en difficulté émotionnelle. À la suite, Luc Nicon, pour mettre en évidence la reproductibilité de sa démarche par un autre professionnel, lui demande d’accompagner 3 personnes dans le cadre de son étude et, plus généralement, lui propose de participer à la diffusion de la régulation émotionnelle au sein de l’association Tipi.

En avril 2006, devant l’affluence de demandes de formations professionnelles et de participation à son étude, Luc Nicon loue un local au 25 rue Subleyras à Montpellier – 34000 France, qu’il transforme en “Centre Tipi”.

Toutes ces dispositions permettent à Luc Nicon, entre mai 2003 et fin 2006, de réaliser plus de 300 accompagnements de personnes en difficulté émotionnelle.
L’intégralité de cette étude est présentée dans le livre “Tipi” paru en 2007.

Le livre “Tipi


AUJOURD’HUI

Depuis la parution du livre “Tipi“, toujours sous l’impulsion de Luc Nicon, la compréhension de la régulation émotionnelle a considérablement évolué.

Le protocole d’accompagnement pour les consultations “en différé” permet aujourd’hui des régulations aussi courtes que celles effectuées “en situation”.

La pratique autonome de la régulation émotionnelle est devenue une réalité pour des centaines de milliers de personnes.

Jusqu’en 2009, la régulation émotionnelle n’était pas accessible aux enfants de moins de 10 ans. Aujourd’hui, des ateliers accueillent les enfants de plus de 5 ans pour leur enseigner à réguler leurs émotions par eux-mêmes. Également, les parents et les professionnels peuvent apprendre à aider les enfants à réguler leurs émotions à partir de 2 ans.

Enfin, la pratique de la régulation émotionnelle dans de très nombreux pays dans le monde a permis de valider l’universalité de cette capacité naturelle. 

Carte des professionnels formés à la régulation émotionnelle